Corinne LEPAGE

corinne_lepage

Diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris en 1971, d’un Diplôme d’Etude Supérieures (DES) de Droit et de Science Politique ainsi que du CAPA en 1974 Corinne LEPAGE cofonde un cabinet d’avocats spécialise dans le droits de l’environnement. La fondation du Cabinet Huglo-Lepage marque le début d’une brillante carrière où l’intérêt public et l’environnement joueront un rôle central.

La carrière d’avocate de madame Lepage est marquée par la défense des sinistres des marées noires provoquées par les pétroliers Amoco Cadiz et 1978 et Erika en 1999. Plus ressèment, madame Lepage s’est distinguée avec la défense de l’association « Mouvement pour les droits et le respect des générations futures » ainsi que dans la défense, en appel, des victimes des inondations de la Faute sur Mer.

Grande militante pour l’écologie, elle s’investit en politique dans les années 80 et est élue maire-adjointe de Cabourg 1989, notamment en charge de l’urbanisme et de l’environnement. Candidate aux élections législatives de 1993 sous la bannière Génération écologie. Mouvement politique qu’elle a cofondée en 1990 avec Jean-Louis Borloo, Brice Lalonde, Noel Mamère et Yves Pietrasanta. Réélue en 1995 maire-adjointe de Cabourg.

1995 marques surtout ses débuts comme Ministre de l’Environnement dans les gouvernements Juppé I et II.  Comme ministre, madame Lepage, va porter des lois importantes, notamment la loi LAURE (ou lois Lepage) sur la qualité de l’air et mené le combat pour l’arrêt définitif du réacteur Superphénix. En parallèle à son activité de ministre, elle fonde en 1996 le club de réflexion politique Cap21 qui évoluera en 2000 vers un mouvement politique. En 1999 est fondé le CRIIGEN (Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le Génie Génétique) par Madame Lepage et les processeurs Gilles-Eric Seralini et Jean-Marie Pelt dans le but de produire une recherche et une information indépendante sur le génie génétique et ses impacts

Corinne Lepage est élue au parlement européen en 2009 (circonscription Nord-Ouest) et siègera au sein des commissions environnemental, santé publique et sécurité alimentaire.

Suite aux échecs de la Conférence de Copenhague (cop15) en 2009, Corinne Lepage déclare que « la société civile ne peut désormais plus compter que sur elle-même pour assurer son avenir » et fondent, en 2012,  dans cette optique le think thank Essaim. Toujours dans cette optique de l’implication des citoyens en politique Cap21 fusionne avec Rassemblement citoyen.

 

Depuis 2015, madame Lepage œuvre pour la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité

·        « À vos droits citoyens ! », Ilv Bibliotheca, 2011

·        « La vérité sur les OGM, c’est notre affaire », Editions Charles Léopold Mayer, 2012

·        « L’État nucléaire », Albin Michel, 2014

·        « Atlas mondial du nucléaire », Autrement 2015

·        « Les mains propres – Plaidoyer pour la société civile au pouvoir », Autrement 2015

 

·        « A Bout de Confiance – De la morale en politique », Autrement, 2017

La Déclaration universelle des Droits de l’Humanité a pour objet la création d’un texte ayant vocation à être accepté par les 195 états états des Nations Unis. 

La Déclaration n’est pas une convention et par conséquence n’a aucun caractère contraignant envers les Etats l’adoptant. L’objectif n’est pas de remplacer les textes existants mais de bâtir un texte complémentaire fixant des droits et des devoirs non plus individuels mais collectifs.

 

La Déclaration se veut être un jalon vers une Convention des Droits de l’Humanité comme ce fut le cas avec la Déclaration des Droits de l’enfant (1959) qui a donné lieu à la Convention des Droits de l’enfant (1989).

 

Cette déclaration propose notamment de créer une interdépendance entre les espèces vivantes, d’assurer leur droit à exister et le droit de l’Humanité de vivre dans un environnement sain et écologiquement soutenable.

Lien vers le site web officiel : droitshumanité.fr/